êtes-vous sûr que votre voisin est bien comme vous?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Quelqu'un qui ne connait rien des vampires... Ca existe!!

Aller en bas 
AuteurMessage
Sakuro Fuyuzora

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 21/06/2009

MessageSujet: Quelqu'un qui ne connait rien des vampires... Ca existe!!   Sam 27 Juin - 19:30

Nom : Fuyuzora
Prénom : Sakuro
Age : 18 ans
Orientation sexuelle : Homosexuel... Pour le pire de la personne qui le joue...
Emploi : Etudiant

Avatar :


Description morale/caractètre [5 lignes minimum]

Sakuro est une personne qui au premier regard paraît tout à fait banale. Poli, amical et serviable, il aime bien rigoler avec ses amis, faire une après-midi PS2 avec ces mêmes amis, la grasse mat' le dimanche(et pourquoi pas le samedi, tiens), le sport et déteste les cours de mathématiques et de français.
Voici donc les goûts principaux de Sakuro sur la surface que nous qualifierons de plane. Grattons un peu la surface, pour voir ce que ça donne... Et là, une autre personne apparaît. Non, il n'est pas hypocrite et les caractèristiques affichée au dessus sont bien réelles. Mais c'est plus complexe que ça. Sakuro déteste se faire des amis, des "proches", des vrais. Parce qu'il a peur, non, parce qu'il est terrifié à l'idée d'être trahi, le garçon préfère instaurer une muraille de banalité pour ne pas attirer l'attention, le ressentiment ou l'attachement de certaines personnes vers lui et donc, par la même occasion, les séparations et les trahisons qui sont malheureusement de pair avec l'amitié. Alors Sakuro prévoit, et il contre automatiquement toute approche quitte à rater quelque chose.
Insomniaque, il passe ses nuits dehors à se promener ou sur le toit se son immeuble, seul. Parce que la nuit, ses amis ne sont pas là, parce qu'il s'y sent donc en sécurité, à l'abri des peines.

Sakuro n'aime pas parler de soi. Enfin, de lui "vraiment". Ses exploits au dernier PES, la fille géniale qui l'a rencontré et qui lui a fait du charme(sans préciser qu'il aurait préféré qu'elle soit un homme) et puis quant à faire, exagérer un peu une chute en skate pour pas se prendre la honte... Oui, ça il sait faire. Mais parler de son passé, raconter l'épisode de la soeur rentrée saoûle qui a essayé de l'agresser, de ses regrets et peines, il n'y a plus personne.

Sakuro est du genre à répondre "oui et toi?" quand on lui demande si ça va alors que toute son âme hurle "NON!".

Malgré tout, Sakuro est une personne qui aime aider son prochain. Mais jamais il le fait toujours indirectement(sauf quand il est sûr de ne jamais rencontrer de nouveau la personne et qu'il ne puisse être recconu par une connaissance), encore à cause de cette fameuse phobie d'attachement.

Aime : la nuit, les glaces à la vanille, jouer à la PS2
N'aime pas : se créer des liens, les crêpes, les légendes.

Description physique et vestimentaire [5 lignes minimum] :

Sakuro est un garçon dont la taille avoisine les 1m80. Plutôt fin, il a la peau très blanche(un nordiste, aucun doute là-dessus). Il a les cheveux blonds mi-longs et des yeux couleur cyan. Son visage est lisse et fin, presque androgyne. On peut distinguer à son cou une petite étoile, et aucune réponse ne vous sera donné si vous lui demandez d'où elle provient. Une boucle d'oreille orne son oreille, cadeau de la grande soeur(parfois il se demande sérieusement si elle n'est pas au courant pour lui...).Sakuro est plutôt musclé, même s'il ne s'entretient pas dans les salles de musculation, la pratique de différents sports compense. Niveau vestimentaire, l'adolescent garde un mode décontracté mais son style peut varier du "gothique" au "fashion" selon ses humeurs et surtout où il compte aller.

Histoire [10 lignes minimum] :
Les parents de Sakuro ne cachèrent jamais la vérité à leur fils : ils l'avaient adopté après que ses géniteurs l'aient abandonné. La raison par contre, ils ne la lui révoilèrent que plus tard (lorsqu'il eut l'âge de comprendre à peu près ce genre de chose sans être touché) : résultat d'une tromperie d'une femme envers son mari qui la battait, son père avait voulu le tuer et dans, une tentative de le sauver, sa mère l'avait confié à un orphelinat.

En elle-même, sa famille d'adoption était plutôt banale : deux parents payés au smic, un fille normale qui sortait beaucoup et qui passait des heures au téléphone, et puis il y avait lui : le faux fils, le faux frère, choisit parmis d'autres enfants sur des critères qu'il ne pouvait comprendre. Mais il aimait sa famille, du moins ses parents. Sa grande soeur le saoulait "grave" à parler des heures au téléphone le soir à son petit copain et à le menacer des pires souffrances si jamais il disait aux parents qu'elle fumait. Non, vraiment, la famille n'avait jamais été un véritable problème.

Et puis, il y avait Sarah, sa meilleure amie. Sarah avec qui il rigolait toujours, avec qui il se sentait bien, à l'aise avec les autres et lui-même. Sarah qui ne savait pas tenir un secret. Il avait passé toute sa primaire avec elle, et puis quelques potes. Jamais avec d'autres filles mais ça ne la dérangeait pas vraiment : Sarah était une véritable garçon manqué ! Il passait toujours ses journées au square en bas de son immeuble avec eux à jouer au foot et à la balançoire(enfin, que quand il n'y avait que Sarah avec lui, les autres ne jurant que par le footbal). Il lui arrivait d'aller chez sa meilleure amie mais jamais l'inverse se produisait: Sakuro n'en voyait pas l'intérêt.

A l'âge de douze ans, le garçon comprit quelque chose qui le chamboula affreusement : les garçons l'excitaient. Il les trouvaient beaux, et surtout il n'aimait pas les poitirines naissantes ou déjà bien développées des filles. Il se sentit bizarre, décalé : il avait les même goûts que sa soeur ! Alors que les autres garçons ramenaient des magazines érotiques dans les vestiaires pour déconner dessus, Sakuro préférait observer le torse musclé du chef de bande.

Ce n'était définitivement pas normal. Il n'était pas normal. Le jeune adolescent, tout chamboulé, en parla à Sarah qui bégaya devant la révélation qui lui fut faite. Toute perturbée qu'elle était, elle répétait sans cesse d'une voix étouffée par sa main "tu préfères les hommes, tu préfères les hommes...". Elle ne rassura pas du tout Sakuro qui se sentit encore plus mal à l'aise devant la surprise de sa meilleure amie et aussi, un peu, au dégoût qu'elle tentait de cacher. Durant la journée qui suivit, Sarah lui posait toute sorte de question à ce sujet, pour essayer de comprendre et donc d'accepter. Mais gêné et encore plus choqué qu'elle, Sakuro était incapable de répondre précisément, ce qui agaçait passablement son amie qui ne comprenait pas, qui ne pouvait pas comprendre. Anxieux que les garçons de sa classe l'apprennent, Sakuro fit promettre à Sarah, au nom de leur amitié, de ne rien dire.

Le lendemain, ce n'était pas les garçons mais toute la classe qui fut au courant. Sarah n'avait pas pu s'empêcher de le dire à un de ses amis, qu'elle pensait digne de confiance. Il se montra horrifié, dégoûté. Il ne comprenait pas, il ne voulait pas comprendre. Et Sarah avait oublié de lui demander de ne rien dire. Et il en profita. Les "ne m'approche pas sale pédale!" fusèrent, les regards méprisants et menaçants, les moqueries et, nulle part, du soutien. Sarah avait toujours été quelqu'un d'influençable. Sa mère lui avait expliqué la veille qu'une fille devait aimer un garçon et vice vera. Pas de fille/fille et garçon/garçon, ce n'était pas sain, pas naturel. Alors quand Sakuro s'avança vers elle pour lui demande de mettre son sac dans son casier(le sien n'ayant plus de cadena-un cadeau des garçons), elle se recula d'un pas et dit d'une petite voix effrayée "ne m'approche pas!".

Sakuro n'approcha plus Sarah depuis. Il n'approcha plus personne et personne ne l'approcha. La rumeur se propagea rapidement, les professeurs tentèrent de régler le problème mais Sakuro les rassurait d'une voix calme "Ca va, je vous assure." sans oser dire "Ils ont raison, de toute manière...". Ses années de collège furent abominables. On le méprisait sans le connaître, c'était une "pédale", un être à ne pas approcher. Un être anormal. Mais si ce n'était que ça...

Sarah l'avait trahie. Au nom de leur amitié elle l'avait trahie. Et elle n'avait en aucun cas cherché à s'excuser. Elle l'avait méprisé, à son tour. Pour ne pas être mal considéré, comme lui, pour ne pas passer pour une nulle devant les copains, elle avait fini par rejoindre le mouvement et leur opinion. Devenue une véritable garce, elle se moquait de lui, comme pour se faire pardonner des autres d'avoir été amie avec un "sale pédé". Sakuro lui en voulut toute sa vie. Une amie ne faisait pas ça. Une amie aidait, soutenait. Sarah s'était contenté de l'enfoncer.

Alors il en tira des conclusions : les véritables amis n'existaient pas. Ils n'étaient qu'utopie, inventés par l'homme qui regrettait d'être trop vil pour entretenir une relation parfaite. Le mot "confiance" n'aurait jamais dû exister. Personne ne devait connaître son secret, personne qui ne l'avait pas vécu et qui ne comprendrait pas. Oh, il avait tenté de changer de bord, bien sûr, mais sans succès. Ce qu'il avait espéré être une passade s'était agrippée à lui et ne le quittait désormais plus.

Sakuro ne changea pas de collège. Parce que ses parents n'étaient pas au courant de ses préférences sexuelles et qu'il ne voulait pas inventer une excuse bidon qui ne tiendrait pas la route. La délivrance arriva au lycée : il préféra aller dans un autre lycée que celui choisi par défaut, moins connu et donc avec un risque moindre de rencontrer un ancien camarade passible de lui pourrir la vie.

C'est alors qu'il devint ce qu'il est aujourd'hui. Le bon copain dont on ne sait rien sans vouloir tout tout savoir, le gars de base à 100%. Si Sakuro rencontra des homosexuels dans sa vie, il ne le sut pas : son comportement permettait une bonne entente mais pas suffisamment pour lui révéler ses secrets. Alors il vivait dans le mensonge, sans oser regretter une période où il fut vrai, et ignorant de ses préférences.

Code : *validé par un admin*

Vous(facultatif) :


Alors, ce personnage est issu d'un pari avec un des membres du forum(dont je ne citerai pas le nom) : je devais jouer un personnage homosexuel ayant une relation avec quelqu'un si jamais j'avais 13 ou plus à une rédaction. Pour sa part il devrait jouer un perso féminin si l'un de nous avait moins de 13. J'ai perdu T.T
Prénom : Quel prénom me donnerais-tu?
Age : Il y a un 1... 12 ans? 91 ans? Qui sait?
Comment avez-vous connu le forum? j'en suis la fondatrice...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quelqu'un qui ne connait rien des vampires... Ca existe!!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Que faire quand on y connait rien?
» Conseil pour un homme qui n'y connait rien en écran.
» la débutante qui connait rien...
» [Q] Quelqu'un aurait t il des nouvelles de la mise a jour vers 4.1?
» Une enquiquineuse… passionnée…

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Ville de la Nuit v.2 :: administration du forum :: présentation :: présentations validées :: humains-
Sauter vers: